Le développement de la batterie du futur

6 décembre 2022
avion airbus

 

Avec le développement colossal des mobilités électriques, des constructeurs automobiles s’intéressent à une solution présentant de nombreux avantages. La technologie de batterie solide est plus sûre et plus dense en énergie, ces avantages permettent d’augmenter l’autonomie et la densité énergétique des voitures électriques.

 

Conception d’une batterie nouvelle génération : la batterie solide

Le 30 novembre dernier, lors d’une conférence de presse Airbus et Renault ont officialisé leur alliance afin de développer la batterie solide. Plus précisément, ils ont conclu « un accord de recherche et de développement pour renforcer les transversalités et les synergies et répondre aux besoins d’électrification des deux entreprises ». 

Ces industriels ont décidé d’unir leurs forces pour permettre des avancées dans les prochaines décennies. Cette technologie permettrait à Renault d’augmenter l’autonomie de ses véhicules électriques, Airbus de son côté pourrait mettre au point les premiers avions hybrides.

La batterie solide ne vient pas d’émerger, ce concept date de plus de 20 ans. Cette technologie a cependant rencontré des difficultés qui ont ralenti son développement. Récemment, les recherches se sont accélérées. Un constructeur automobile a même dédié une usine à la fabrication de prototypes de batteries solides.

Cette batterie tout solide pourrait constituer une grande révolution dans le domaine automobile.

À lire aussi : Les avancées de la batterie tout-solide

 

Quel est le but de cette collaboration ?

Les ingénieurs de Renault et d’Airbus ont pour objectif en unissant leurs forces d’« étudier les meilleures options pour doubler la densité énergétique des batteries à l’horizon 2030, en passant de cellules actuelles chimiques (lithium-ion avancé) à des conceptions entièrement solides », selon un communiqué commun. Ils vont donc travailler sur l’amélioration de la gestion de l’énergie et sur la baisse du poids des batteries. Un aspect essentiel pour Airbus.

Les batteries des véhicules électriques possèdent en effet, une autonomie limitée qui ne peut absolument pas constituer une source d’énergie électrique pour les avions. Ce partenariat permettrait à Airbus de développer les technologies nécessaires pour les avions hybrides électriques.

“Nos équipes d’ingénieurs échangent avec celles d’Airbus pour faire converger des technologies transversales qui permettront à la fois d’exploiter des avions hybrides et de développer les véhicules de demain”, selon Gilles Le Borgne, directeur de l’ingénierie chez Renault.

Le développement des batteries solides permettrait de rendre plus confortables les véhicules électriques en augmentant leur capacité kilométrique. Il permettrait aussi à Airbus de concevoir des avions hybrides électriques, grâce aux batteries solides qui apporteraient un soutien d’énergie aux réacteurs lors du décollage et durant certaines phases de vol.

 

Les atouts de la batterie solide

Ce qui diffère entre une batterie lithium-ion et une batterie solide, c’est l’électrolyte. Une batterie lithium-ion est composée d’un électrolyte liquide, tandis qu’une batterie solide comme son nom l’indique est équipée d’un électrolyte solide. La substance conductrice qui permet la circulation des ions, et transforme ainsi l’énergie chimique en énergie électrique. Par conséquent, ce type de batterie est moins sensible à la chaleur et la sécurisé est renforcée. Les performances sont alors plus stables.

Les batteries solides sont plus légères que les batteries lithium-ion par exemple. Il s’agit d’un critère fondamental pour l’aéronautique. Ces batteries présentent en effet, un rapport poids/puissance élevé qui correspond à une utilisation pour les voitures électriques. 

La collaboration d’Airbus et de Renault concernant l’électrification tient un rôle important dans le secteur du transport en participant à l’ambition du zéro émission nette d’ici 2050.

 

De la production jusqu’au recyclage

Ce projet n’est pas uniquement axé sur la production de batteries solides, mais aussi sur leur recyclage, en évaluant leur empreinte carbone sur la totalité de leur cycle de vie.