Lithium-ion entre politique, économie et environnement

10 février 2021
extraction du lithium

[/vc_column_text][vc_column_text]

La transition énergétique est en marche avec pour objectif le tout électrique. La batterie lithium-ion a donc une place centrale dans ce projet. Le premier usage commercial des batteries lithium-ion rechargeables remonte au début des années 1990 avec les caméras vidéo portatives. Rapidement, son usage s’est démocratisé, permettant l’essor de géants de la technologie comme Apple ou Samsung. L’utilisation des batteries lithium-ion s’est étendue dans un premier temps aux ordinateurs portables puis aux smartphones et autres appareils mobiles ; pour aujourd’hui s’attaquer aux véhicules électriques.

 

Batteries lithium-ion : vers une baisse des coûts

Ces dernières années, les batteries lithium-ion ont connu une baisse rapide de ses coûts. Elles sont désormais abordables pour les entreprises désirant stocker l’électricité et exploiter des sources renouvelables. Dans le secteur automobile, les batteries lithium-ion font concurrence aux moteurs thermiques, en place depuis près d’un siècle. La baisse des coûts du lithium a été tellement forte et rapide que, selon la plupart des constructeurs d’automobiles, les véhicules électriques, qui sont encore pour le moment plus chers à produire que les modèles à essence, devraient être produits au même prix dans les cinq prochaines années. En 2020, les véhicules électriques ont représenté 4 % des ventes de voitures neuves sur les principaux marchés mondiaux (Etats-Unis, Europe et Chine), contre 1 % en 2017. Ces chiffres devraient atteindre les 22% en 2025 dans le meilleur des scénarios. Cette progression va dépendre de nombreux facteurs, notamment les incitations fiscales et les aides à l’achat mais principalement du coût des batteries qui représente à l’heure actuelle 1/3 du prix final d’une voiture électrique. L’idéal selon les constructeurs est que ce prix soit réduit de moitié pour être attractif.

mais quelles sont les conséquences ? Se profile-t-on vers une crise du lithium ?

Les batteries qui permettent de stocker l’électricité des voitures électriques comprennent plusieurs kilogrammes de lithium par voiture. Pour le lithium, dont les quantités sont incommensurables à celles du pétrole, les inconnues sont nombreuses. La question principale à se poser est de savoir si la production mondiale de lithium permettra de répondre à l’explosion de la demande; car l’essor de la mobilité électrique devrait avoir un très fort impact sur la demande de lithium.

Il est certain qu’on ne manque pas de lithium sur Terre, mais attention tout de même cela ne garantit en rien un choc sur les prix. En effet l’extraction du lithium reste encore difficile est synonyme de conflit car, il est exploitable à grande échelle que dans quelques pays du monde. En 2016, environ 215 000 tonnes de lithium ont été produites. Les principaux fournisseurs mondiaux sont l’Australie, le Chili et la Chine.

Cette hausse mondiale de la production génère des investissements se caractérisant dans un premier temps par une hausse des prix du lithium puis des prix qui tendent à baisser les années suivantes.  C’est un mécanisme classique sur le marché des matières premières : des prix élevés déclenchent des investissements (prospection, exploitation), et quand ceux-ci produisent leurs effets les prix baissent.

Mais dans le cas du lithium, matières premières stratégiques, d’autres évolutions sont encore inconnues.

Par exemple la possibilité d’un choc pétrolier peut susciter un choc de demande. En cas de crise pétrolière cela pourrait éventuellement provoquer l’augmentation significative du nombre de voitures électriques en circulation d’ici 10 à 15 ans.